Avril, après un vol de reprise en main avec Alban et quelques heures dans du thermique pur en local, je me sens prêt pour faire mes 50km, mes premiers pas de vélivole et passage obligé pour espérer dire adieu à l'ASK-23 car telle est la règle à Beynes.

Cela fait une semaine que je guette la météo de ce vendredi, pas terrible, Top Météo annonce des plafonds entre 900 et 1 100 mètres et des risques d'étalements... Aeroweb n'ose même pas annoncer de Vz , par contre nuages entre 1 300 et 1 500 mètres !?

Arrivé sur le terrain à 10h sous un ciel intégralement couvert de stratus, Pascal n'est guère optimiste. Bah, on sort quand même les planeurs, après tout la météo peut aussi se planter dans l'autre sens !!

Avec des plafonds pas terribles et un risque d’étalement, Pascal n'est pas chaud pour me laisser partir à Nonancourt, normal, bon je me résigne petit à petit à faire du local...

12h, le ciel se déchire, les cumulus sont là ! Par contre c'est bien bouché au nord. Pascal me propose de tenter les 50 mais accompagné de FLH et de son mythique COSY, un superbe K-6 !  Quelle occasion unique !! Voler dans l'aile d'un champion du monde et tenter d'en toucher du doigt les secrets, c’est inespéré !

Je pars en premier, COSY n'étant pas encore sortit... Le remorquage se fait dans une masse d'air très instable avec des +5 au vario, ça sent bon !! Largage à la station-service de l’usine, un bon +3 , à 1 060 mètres cap vers Thoiry sous un étalement.... bon sang, ça tombe et ça tombe vite , -4, -5 m/s !!!! Demi-tour, errance sous des nuages et me voilà à 400m à l'usine à gaz, c'est pas vrai !!! Je passe à la verticale du terrain à 350 m, résigné à me poser, me disant que FLH ne va plus vouloir partir avec moi dans ces conditions... Et puis +4 ! à 320m, allez je prends, un peu plus vite que d’habitude, un gros 90 en vitesse affichée pour ne pas risquer un décrochage en basse altitude, de toute façon avec un tel vario ca montera fort quand même, quelques tours, 760 m, ouf me voilà au plafond de la zone !! cap sous une rue au nord je monte à 1 000 m.... Je suis bien refroidis et tout ça ne me paraît pas gagné quand, FLH prend contact à la radio : "que fais-tu au nord ??, tu perds du temps, on fonce à l'ouest !"

Houlà, je sens que je vais devoir m'accrocher à mon bob :-)

Bon alors premier constat : FLH, le +2 ça ne l'intéresse pas !!! À chaque fois que j'ai envie de remonter (pour ainsi dire à chaque fois que mon vario passe à +2), j'entends à la radio : "pas bon on continue"… je crois entendre Alban alors qu'on faisait un vol avec le Delta Charlie.

Deuxième constat : les trajectoires sont millimétrées, on ne tombe pas pendant les transitions, je vois COSY onduler de quelques degrés à droite et à gauche, c'est comme si on faisait du vol de pente avec la masse d'air comme montagnes, incroyable !  Ajoutez à cela les plongeons et reprises d'altitude entre les ascendances, véritable ballet, COSY semble être une plume vu d'ici !

Je n'ai même pas le temps de réaliser qu'on se trouve à Nonancourt, FLH me lance : « c'est très bon on va à l'Aigle », puis arrivés à l'Aigle : « bah encore 10 km et on sera à 100 km de Beynes » ..... Ok c'est toujours aussi bon et puis et puis et puis oui bon mais là on se retrouve à 700 m, le sol n'est qu'à 400 m et je commence à transpirer... FLH me dit que la zone du Perche est toujours piégeuse avec des grandes étendues de verdure... On tourne dans du zéro , aie aie aie !!! Je vois COSY sortir et tirer plein nord, je m'empresse de le suivre quand soudain +2, j'enroule !! J'annonce que j'ai trouvé du +2 juste derrière et, FLH me dit de prendre, lui continue, 50 m plus bas !!!!

1 000 m, j'ai perdu toute trace de COSY, me voilà seul !  coup d'œil au logeur : distance de Beynes 99 km !!!

Bon, le retour se fera sans guide ; je suis anxieux , mais après tout il aurait été trop facile de faire le 50 en suivant le guide !!

Il faut maintenant que je fasse mes propres choix, changement d'ambiance !! Je n'ose plus ne pas enrouler les +1, trop peur de descendre, je lève la tête et je vois le voile de cirrus qui me rattrape par l’ouest, bon, pas le choix il faut tracer vers l'est et vite !! COSY reprend contact, il a (bien sûr) réussi à remonter, ça va , je suis quelques km devant à l'est de lui...

Je n'arrive plus à voir de rues de nuages et je sens que je tricote trop entre nord et sud à chercher les cumulus. Arrivé à Nonancourt j'entends que COSY est repassé devant mais beaucoup plus au nord.

Au niveau de Houdan le ventus Yankee vient à ma rencontre et m'invite à le suivre pour rejoindre COSY qui spirale dans du +4, retour en formation, ouf c'est gagné !!! On a assez d'alti pour rentrer à la maison avec ce petit vent d'Ouest qui nous aide !!!

Alors que je me pose, vanné, FLH annonce qu'il repart vers Mantes, insatiable !!!

Francois Louis est celui qui m'a instruit sur mon premier vol, je me souviendrai longtemps de ses conseils et c'est un honneur que d'avoir pu voler dans son aile aujourd'hui pour ce 50 (huumm, plutôt 200) km :-)

Un grand merci pour ces émotions !

J.Philippe